Conseils pour reconnaitre et soulager la douleur de votre bébé



La naissance : une expérience physique et émotionnelle intense

Dès la naissance, le nouveau-né expérimente de nouvelles sensations, il est en constante adaptation. La vie aquatique en apesanteur est désormais terminée. Le son rythmé et réconfortant des battements du cœur de la maman laisse maintenant place aux bruits environnants qui peuvent être parfois agressants ou apaisants. Au contact de l’air, les poumons se déploient, c’est le début d’un long processus physique et émotionnel qu’il devra apprivoiser avec la bienveillance de ses parents.


Que ce soit la lumière, la température ambiante, les odeurs, la gravité, la faim, la digestion et l’élimination ou le nouveau goût du lait, c’est un tourbillon sensitif qui peut être difficile à gérer. Il ne faut pas oublier les tensions déjà présentes en intra utérin (cordon autour du cou, posture), celles qui sont créées lors de la naissance (travail long, hormones pour favoriser les contractions) ou lors des procédures médicales (ventouses, forceps, ponction sanguines, aspiration des sécrétions, examen ou manipulations physique). L'expérience est vécue différemment par chaque nouveau-né.


Heureusement, d'une façon empathique et avec les bons gestes, nous pouvons agir sur la souffrance des bébés pour les aider à être plus confortables et sereins. Plusieurs études ont été publiées sur la douleur du nourrisson, sur la façon de la reconnaitre et de la soulager. J’aimerais partager avec vous des informations qui pourront vous guider.


Ce que dit la science à propos de la douleur chez le nouveau-né

Selon le comité d’expert de la Société Canadienne de Pédiatrie, il est important de soulager la douleur des nouveau-nés (prématurés jusqu’à 1 mois). En plus d’être une expérience négative, elle peut affecter la sensibilité à la douleur et se poursuivre jusqu’à l’adolescence. Une douleur non soulagée à long terme peut modifier la plasticité cérébrale ou le comportement d’une façon permanente. Des études ont démontré qu’il peut être possible de limiter ces effets néfastes. Des outils ont étés développés pour évaluer le niveau de douleur afin de mieux la soulager. Vous trouverez plus bas quelques indices vous permettant de mieux déceler la douleur chez votre bébé.


Comment reconnaître que votre bébé est souffrant

Les bébés confortables sont calmes et réagissent bien aux différentes stimulations. Les comportements d’un bébé qui est capable de bien s’adapter sont visibles par une respiration douce et régulière, une coloration rosée, un rythme cardiaque stable et une digestion facile. Lorsqu’il y a une hausse des stimuli, l’inconfort est facilement soulagé par la voix ou les caresses de la mère, l’équilibre se réinstalle.


Chez un bébé en souffrance, il en est autrement. Différents signes peuvent vous indiquer que votre enfant est en souffrance et qu’il est incapable de s’adapter. Plusieurs indicateurs physiques peuvent être présents :

  • Pleurs

  • Changement de l’expression faciale

  • Tonicité générale

  • Changement du rythme cardiaque et changement du rythme respiratoire (élevé, lent ou pause)

  • Moiteur des mains

  • Changement dans la coloration de la peau (pâleur, marbrée, bleutée)

  • Hoquets, nausée ou vomissements

L’expression de la douleur sera différente selon l’âge gestationnel du nouveau-né. Plus il sera prématuré, moins importants seront les mouvements et l’expression faciale en réponse à la douleur. On pourra observer un étirement de la bouche qui est un signe plutôt spécifique chez le prématuré.


Lorsque la douleur n’est pas soulagée, les signes habituels sont moins présents en raison d’un épuisement qui mène à une incapacité d’adaptation. Le bébé deviendra passif, moins expressif et moins mobile. Son rythme cardiaque et la circulation en oxygène diminueront, un changement respiratoire s’installera dans le but d’économiser son énergie. Une douleur constante ou répétitive peut changer la réponse à la douleur en augmentant la sensibilisation du système nerveux. La douleur pourrait être perçue de façon plus intense face à un stimuli et également sans stimuli. Une revue d'articles publiée dans le Clinical Journal of Pain a décrit que chez les bébés prématurés, les douleurs intenses ressenties sur une longue période pourraient persister jusqu’à l’âge de 7 ans.


Des conseils pour soulager votre bébé

Lors de son séjour à l’hôpital après la naissance, le nouveau-né subira des examens et soins médicaux plus ou moins invasifs. Les professionnels sont formés pour que l’expérience soit la moins souffrante possible. Pour éviter les risques d’effets secondaires, la médication est utilisée en dernier recours ou pour des conditions de santé particulières. D’autres façons de soulager les inconforts comme la mise au sein, la sucette, la méthode kangourou (peau à peau), la position en flexion et l’emmaillotage sont utilisées et ont fait leur preuve.Ces méthodes vous seront utiles et efficaces lors du retour à la maison.


Des chercheurs à l’Université de Genève ont conclu que lorsqu’un nouveau-né prématuré entend la voix de sa mère, les indicateurs de douleur diminuent significativement et le taux d’ocytocine augmente. L'ocytocine est une hormone importante dans le processus de la naissance et elle est aussi très importante dans le processus de l’attachement, des émotions, du stress et de la douleur. L'expérience consistait à évaluer le seuil de douleur lors d’une ponction de sang sur le talon de prématurés soit en présence de la mère, lorsque la mère parle à son bébé et lorsque la mère chante pour son bébé. Lorsque le taux augmente, il en résulte une meilleure gestion de la douleur. Le dosage d’ocytocine salivaire fait avant que la mère ne parle ou chante et après la ponction sanguine a révélé une augmentation significative, en fait, presque le double.


Plusieurs études ont aussi observé les effets de la méthode Kangourou (peau à peau) sur la douleur du nouveau-né. L’équipe de Céleste Johnson de l’Université McGill a fait une revue de littérature sur ce sujet. Sa conclusion fut que la méthode peau à peau présente des bénéfices pour aider le nourrisson à soulager ses inconforts lorsque la mère parle à son enfant ou le berce.


Les bébés nés prématurément ou nés à terme mais malades ou ceux ayant eu une naissance difficile peuvent être stressés lors du bain en raison de leur immaturité neurologique ou de leurs conditions de naissance. Le bain engendrera pour eux une grande dépense d’énergie en raison d’une difficulté de maintenir une position fléchie et de combattre la gravité. L’emmaillotage lors du bain permettra de conserver une position de flexion et fournir un support pour la proprioception. Cette technique dans une eau à 37 degrés Celsius reproduira l’environnement aquatique de l’utérus dans l’apesanteur qui aidera le développement du système vestibulaire (équilibre). Cette méthode de bain favorise la circulation, apaise les tensions musculaires et articulaires, aide à la production d’endorphines (analgésiques naturels) et prépare au sommeil.


Plusieurs études ont démontré l’efficacité des soins ostéopathiques chez le nouveau-né, dont celle d’une équipe de chercheurs italiens qui ont démontré que les soins ostéopathiques amélioraient la saturation en oxygène et la fréquence cardiaque des prématurés. Ici au Québec, une étude conduite en 2019 par Juliette Herzaft-LeRoy,diplômée en médecine générale, conseillère en lactation et ostéopathe démontre que les soins ostéopathiques sont bénéfiques en complément d’une consultation en lactation pour des difficultés de succion chez les nouveau-nés. Chez le nouveau-né, une mauvaise succion peut être la résultante de tensions au niveau du cou ou sur le trajet des nerfs crâniens, et de toutes autres conditions qui limitent la mobilité. L’ostéopathe est un intervenant de choix dans ces conditions.


L'ostéopathie: une alliée pour soulager les bébés

Lorsque les inconforts de votre nouveau-né persistent et que les examens médicaux sont normaux, l’ostéopathie peut être d’une grande aide, particulièrement pour les symptômes digestifs, pour les inconforts dans la posture ou les troubles du sommeil.


N’hésitez pas à consulter un ostéopathe spécialisé dans le soin du nouveau-né, il pourra aider votre enfant à retrouver une sérénité et vous permettra de profiter de ces premiers moments si importants.


Vous pouvez me contacter pour plus d’informations, c’est toujours un immense privilège de pouvoir discuter avec vous !



Michelle Dubois, Ostéopathe et amie des bébés

Infirmière clinicienne, Membre de la Société Canadienne de Pédiatrie

www.osteonaissance.org






116 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout